documentaire's Blog

Just another WordPress.com weblog

Archive for septembre 2009

Posted by psppander sur septembre 30, 2009

Messel – Site de fossiles préhistorique mammifères

staticvideoplayerthumb360x311.gif

Messel ou la préhistoire en direct (Allemagne, 2007, 43mn) HR Réalisateur: Götz Balonier La fosse de Messel, un des sites les plus riches en fossiles de mammifères au monde, constitue un témoignage exceptionnel de l'ère préhistorique. À l'emplacement de la fosse de Messel, près de Darmstadt (Hesse), se trouvait à l'époque du tertiaire un lac, dont la faune et la flore ont été conservées sous une forme fossilisée. Amphibiens, plantes, reptiles ou mammifères, soit quarante mille fossiles, illustrent l'évolution de la vie il y a 47 millions d'années. Inscrit au patrimoine naturel mondial de l'humanité par l'UNESCO, ce site est aujourd'hui admirablement mis en valeur. L'animation en 3D reconstituant le fossile le plus célèbre, le Propalaeotherium parvulum, un petit cheval primitif, en témoigne

Publicités

Posted in Uncategorized | Leave a Comment »

Genesis

Posted by psppander sur septembre 30, 2009

Genesis

staticvideoplayerthumb360x311.gif

Au commencement, l’espace, le temps n’existaient pas. Puis il y eut le Big Bang… qui engendra la vie. Ainsi énoncée, l’ambitieuse mission que s’est donné Genesis, le dernier documentaire de Claude Nuridsany et Marie Pérennou, n’a l’air de rien. Et pourtant. C’est une véritable plongée moderne et intemporelle dans les abîmes de l’univers que nous proposent les réalisateurs de l’excellent Microcosmos. L’enjeu était de taille : raconter des milliards d’années en à peine une heure et demi, en évitant le jargon scientifique propre à ce domaine.

Posted in Uncategorized | Leave a Comment »

Sur la Terre des Dinosaures

Posted by psppander sur septembre 30, 2009

Sur la Terre des Dinosaures

staticvideoplayerthumb360x311.gif

 149 millions d'années – Jurassique supérieur – Angleterre (tourné aux Bahamas et en Nouvelle-Calédonie) L'actuel continent européen est à l'époque un archipel au climat tropical bordé de récifs coralliens. Si les dinosaures règnent sur la terre ferme, d'autres reptiles les remplacent en mer. D'allures très diverses, certains sont merveilleusement adaptés à la vie marine, comme l' Ophthalmosaurus, ichtyosaurien à l'aspect de dauphin, d'autres sont de terribles super-prédateurs, comme le Liopleurodon, dont le poids est présenté comme atteignant 150 tonnes (estimation controversée). L'épisode retrace la vie de jeunes Ophthalmosaurus, à partir de leur mise bas; celle-ci est très périlleuse car les mères sont alors très vulnérables aux prédateurs (l'une d'elles est mangée par un Liopleurodon). Les jeunes, qui sont de très petite taille, se réfugient dans les récifs pour échapper aux prédateurs, requins, reptiles et jusqu'aux adultes de leur propre espèce. Ils doivent aussi échapper aux tempêtes qui agitent périodiquement les rivages, brisent les récifs et mettent en danger même les prédateurs les plus puissants (un Liopleurodon échoué sur une plage sera dévoré à son tour par des dinosaures carnivores Eustreptospondylus. L'épisode s'achève avec le départ pour la haute mer des jeunes Ophthalmosaurus survivants. Espèces apparaissant dans l'épisode :

  • Ophthalmosaurus (ichtyosaurien)
  • Liopleurodon (pliosaure géant)
  • Cryptoclidus (plésiosaure)
  • Eustreptospondylus (dinosaure théropode)
  • Rhamphorhynchus (ptérosaure de petite taille)
  • Perisphinctes(ammonite)
  • Hybodus (requin primitif)
  • Leptolepis(poisson joué par un hareng)
  • Des animaux actuels sont aussi filmés: méduses, scolytes, limules,Calmar et une carapace de tortue marine

Posted in Uncategorized | Leave a Comment »

Odyssée des origines

Posted by psppander sur septembre 30, 2009

Odyssée des origines

staticvideoplayerthumb360x311.gif

staticvideoplayerthumb360x311.gif

staticvideoplayerthumb360x311.gif

(Planète Terre : A la découverte des mystères de l'évolution n°1) Cet épisode est consacré à la genèse de la Terre, créée à la suite de collisions répétées entre astéroïdes. Il explique également la création de la Lune, issue d'un seul et unique impact géant, et montre comment la Terre a évolué jusqu'à sa taille actuelle pour devenir habitable, contrairement à Mars, dont l'atmosphère et les océans n'ont pas subsisté. Notre planète, de par sa masse, a attiré vers elle d'énormes météorites dont les impacts ont généré une vapeur minérale de très haute température qui a recouvert le globe et provoqué l'évaporation de l'eau des océans. Les formes de vies les plus primitives ont pu survivre à ces événements cataclysmiques en s'enfonçant dans les profondeurs pour ensuite proliférer à nouveau, s'adaptant à chaque nouvelle transformation du climat et du milieu et acquérant ainsi de nouvelles aptitudes. Les humains sont le résultat d'une longue et tumultueuse évolution, étroitement liée aux bouleversements que la Planète bleue a connus depuis ses origines.

  • Tout commence il y a quatre milliards six cents millions d'années. A la suite de collisions répétées entre astéroïdes, une planète prend forme, qui donnera naissance à la Terre telle que nous la connaissons aujourd'hui, il y a dix millions d'années. Cette série de six documentaires en raconte l'histoire, de sa genèse à l'apparition de l'homo sapiens, toute récente sur l'échelle de ce long périple évolutif.

Posted in Uncategorized | Leave a Comment »

A l’assaut des terres

Posted by psppander sur septembre 30, 2009

A l'assaut des terres

staticvideoplayerthumb360x311.gif

staticvideoplayerthumb360x311.gif

staticvideoplayerthumb360x311.gif

(Planète Terre : A la découverte des mystères de l'évolution n°3) Le sujet principal de cet épisode est le rôle joué par la dérive des continents dans l'arrivée de nos très lointains ancêtres sur ceux-ci. Il y a quatre cents millions d'années, les eaux peu profondes des côtes des terres primitives abritaient la majorité des formes de vie existantes. Mais la surface totale de ces eaux a diminué du fait de la création de supercontinents comme la Laurasie. Ces transformations terrestres ont également conduit à la création de vastes régions montagneuses qui bloquent les courants atmosphériques, entraînant la formation de nuages, et donc de précipitations qui vont donner naissance à des rivières. C'est dans ces cours d'eau, au pied des montagnes calédoniennes, où l'arbre le plus primitif, l'archeopteris, a participé à la mise en place d'un environnement stable et modéré, que naît notre ancêtre, l'eusthenopteron…

  • Tout commence il y a quatre milliards six cents millions d'années. A la suite de collisions répétées entre astéroïdes, une planète prend forme, qui donnera naissance à la Terre telle que nous la connaissons aujourd'hui, il y a dix millions d'années. Cette série de six documentaires en raconte l'histoire, de sa genèse à l'apparition de l'homo sapiens, toute récente sur l'échelle de ce long périple évolutif.

Posted in Uncategorized | Leave a Comment »

Posted by psppander sur septembre 30, 2009

La naissance des mammifères

 

staticvideoplayerthumb360x311.gif

 

staticvideoplayerthumb360x311.gif

 

staticvideoplayerthumb360x311.gif

(Planète Terre : A la découverte des mystères de l'évolution n°4) Il y a près de 250 millions d'années, durant le Permien, nos ancêtres étaient des reptiles mammifères qui dominaient les autres types de reptiles. Selon une théorie, il y a 300 millions d'années, sous les fosses océaniques qui entouraient le supercontinent dénommé Pangée, les extrémités des plaques océaniques plongèrent vers le noyau, provoquant par réaction un fort courant magmatique à l'origine d'une intense activité volcanique réchauffant la Terre. La quantité d'oxygène dans l'atmosphère s'en est trouvée dramatiquement réduite, causant des dommages extrêmes à la flore. Ce phénomène se poursuivit pendant près de 100 millions d'années. Ce sont les reptiles qui s'adaptèrent le mieux à cet environnement en développant une poche à oxygène dont les oiseaux ont hérité. Selon une théorie particulièrement intéressante, les mammifères s'adaptèrent également à cet état de fait en abritant la croissance de leurs petits en leur sein, afin de garantir leur approvisionnement en oxygène.

  • Dans chacun de ses épisodes, cette série traite de tout ce que la communauté scientifique a appris sur l'évolution de notre planète… Tout commence il y a quatre milliards six cents millions d'années. A la suite de collisions répétées entre astéroïdes, une planète prend forme, qui donnera naissance à la Terre telle que nous la connaissons aujourd'hui, il y a dix millions d'années. Cette série de six documentaires en raconte l'histoire, de sa genèse à l'apparition de l'homo sapiens, toute récente sur l'échelle de ce long périple évolutif.
    • Documentaires en relation : « Mystères de l'évolution »

Posted in Uncategorized | Leave a Comment »

Ougarit une empreinte dans l’histoire de l’humanite

Posted by psppander sur septembre 30, 2009

Ougarit une empreinte dans l'histoire de l'humanite

Durée

52:00

1

 staticvideoplayerthumb360x311.gif

 2

staticvideoplayerthumb360x311.gif

 3

staticvideoplayerthumb360x311.gif

 4

staticvideoplayerthumb360x311.gif

 5

staticvideoplayerthumb360x311.gif

Nombre de régions dans le monde ont vu naître et se développer sur leur sol de brillantes civilisations, qui ont enrichi, par leur savoir et leur ingéniosité, la Connaissance. Dans cette évolution, la Syrie a joué un rôle fondamental, notamment à l'âge du Bronze. Vers la fin du 4ème millénaire avant J.-C, les hommes du pays de Sumer, à l'est de l'Euphrate avaient inventé l'écriture. Mais une écriture d'une complexité rare, faite de centaines de symboles cunéiformes, réservée à une élite. 1500 ans plus tard, d'autres hommes créèrent au nord de la Syrie un système d'une nouveauté absolue : l'Alphabet. Avec une trentaine de signes seulement, écrire allait bientôt devenir un jeu d'enfant, à la portée de tous… La connaissance du plus ancien Alphabet opérationnel remonte au début du 20ème siècle, suite à la découverte fortuite en 1928 du site cananéen de l'ancienne Ougarit, capitale du royaume éponyme. 78 ans après la découverte du site, l'ancienne Ougarit n'en finit pas de susciter l'intérêt et la fascination des chercheurs. La mission archéologique, devenue syro-française en 1998, fait aujourd'hui appel à une équipe pluridisciplinaire d'une cinquantaine de spécialistes internationaux.

  • Ougarit est une ancienne cité du Levant, l'actuelle Ras Shamra initialement nommée Ras ech-Chamra (« la colline du fenouil »), près de Lattaquié dans l'actuelle Syrie. Cette capitale de l'ancien royaume homonyme est située au croisement et au débouché d'une route qui joint la Méditerranée au bassin mésopotamien, à la jonction de l'Empire hittite au nord et de la sphère d'influence égyptienne au sud et dont l'apogée se situe au tournant du IIe millénaire av. J.-C.
  • Forme d'alphabet attesté dans la ville d'Ougarit entre le XVe et le début du XIIIe siècle av. J.-C. Alors que la plupart des tablettes sont écrites en cunéiforme syllabique notant la langue akkadienne (langue sémitique) ou hittite (langue indo-européenne), quelques-unes le sont dans une nouvelle écriture cunéiforme, dite « alphabet ougaritique », servant à noter une langue sémitique cananéenne (ainsi que des textes hourrites). Cette écriture est en fait, historiquement, le premier abjad (alphabet écrivant surtout les consonnes) complet connu, après les écritures sinaïtiques. Il atteste pour la première fois de l'ordre des lettres encore utilisé de nos jours dans la plupart des alphabets modernes (alphabet latin, alphabet grec, alphabet étrusque mais aussi alphabets sémitiques comme les alphabets phénicien et hébreu), l'ordre dit « levantin » : L'existence d'un classement alphabétique nous est connue par plusieurs tablettes abécédaires. Des tablettes plus rares, trouvées à Beth Šemeš, classent cependant les lettres dans l'ordre sud-arabique. L'abécédaire ougaritique le plus courant donne vingt-sept lettres (suivies de trois additionnelles) dans cet ordre (transcription traditionnelle des langues sémitiques) : ʾa, b, g, ḫ, d, h, w, z, ḥ, ṭ, y, k, š, š̀, l, m, ḏ, n, ṭ, s, ʿ, p, ṣ, q, r, ṯ, ǵ, t, s̀, ʾi, ʾu Note : la lettre transcrite par ṭ l'est par ẓ dans l'article de O'Connor (cf. bibliographie infra). La première lettre n'est pas la voyelle /a/ mais le coup de glotte (une consonne) suivi de la voyelle /a/, car cet abjad — qui n'écrivait normalement pas les voyelles — ne servait pas à noter ce coup de glotte seul : en effet, ʾi et ʾu (coup de glotte suivi de /i/ ou /u/) semblent avoir été ajoutés à la fin de l'alphabet, donc tardivement. Il est possible qu'à l'invention de cet abjad il désignât le coup de glotte vocalisé (quel que soit le timbre de la voyelle) et ne ce soit spécialisé que plus tard pour le coup de glotte suivi de /a/ et non pas d'une autre voyelle, d'où l'ajout des deux autres formes dans une période plus tardive. La présence de quelques graphèmes syllabiques (dont ʾi et ʾu ajoutés à la suite) est un emprunt au modèle akkadien, d'où la présence d'un s̀, servant à transcrire une consonne non sémitique de valeur inconnue et vraisemblablement utilisée pour les textes écrits en hourrite. Noter que le tracé de certains caractères varie selon les sources de documentation indiquées en bibliographie. Il n'y a en effet pas de modèle archétypal réel et les inscriptions peuvent être de styles très différents. La cité d'Ougarit ayant été détruite vers 1200 av. J.-C. par les Peuples de la mer, son écriture a disparu avec elle. L'alphabet phénicien a cependant pris le relais, avec la descendance que l'on sait (l'alphabet latin in fine). Il est fort possible que le respect de l'ordre levantin dans cet alphabet ait été inspiré par celui de l'ougaritique.

Posted in Uncategorized | Leave a Comment »

Posted by psppander sur septembre 30, 2009

Firewall : En défense de l'état nation

« Firewall » (en français « Pare-feu ») est un film réalisé par le LYM (LaRouche Youth Movement) aux Etats-Unis, présenté ici avec un sous-titrage en français. Appelant à une urgente réaction à l'explosion du système financier et monétaire international, le film reprend les grands principes historiques qui ont amené aux deux guerres mondiales, et particulièrement l'entre-deux guerres, la genèse de l'hyperinflation de 1923 en Allemagne et la mise en place du fascisme. Le sous-titrage à été réalisé par Solidarité et Progrès, le parti politique français dirigé par Jacques Cheminade.

Posted in Uncategorized | Leave a Comment »

Faucons et Colombes

Posted by psppander sur septembre 30, 2009

 Faucons et Colombes

(Généraux Israeliens en Politique) 5 octobre 1973 : Yom Kippour – la Fête du Grand Pardon. Tout juif croyant célèbre cette journée – la plus importante manifestation religieuse dans le calendrier juif – par le jeûne et la prière. C'est en ce jour qu'éclata la quatrième guerre du Proche-Orient: la guerre du Kippour. Les troupes égyptiennes et syriennes lancent une attaque-surprise contre les territoires sous occupation israélienne.

  • Yom Kippour (Jour de l'Expiation) est le nom officiel de la célébration juive également connue comme le Jour du Grand Pardon. Ce jour hautement solennel, l'un des plus, sinon le plus, redoutables des Jours Redoutables, a lieu le dixième jour du mois de Tishri dans le calendrier hébreu. La Bible appelle ce jour Yom HaKippourim : « Le dixième jour du septième mois, ce sera pour vous une sainte convocation, et vous mortifierez vos âmes… » (Lévitique 23, 27). On observe en ce jour un jeûne de 25 heures environ, au cours duquel on prie avec une ferveur toute particulière. Ce jeûne, contrairement aux autres jeûnes, privés ou publics, y compris celui de Tisha Beav, est le seul à avoir préséance sur le Shabbat.
  • Le conflit israélo-palestinien fait référence au conflit qui oppose les Israéliens et les Palestiniens au Proche-Orient depuis 1948 mais qui commença en 1920 quand les nationalistes juifs et arabes commencèrent à s'affronter en Palestine mandataire. Le conflit est à caractère principalement nationaliste mais inclut également une dimension religieuse importante entre les Israéliens, principalement juifs, et les arabes palestiniens à majorité musulmane. Le conflit est étroitement lié au conflit israélo-arabe. Il a provoqué à ce jour près de 100 000 victimes lors de 10 conflits d'envergure, d'opérations militaires ou armées, de massacres, d'attentats et d'assassinats. Le conflit est également à l'origine de l'exode de 700 000 Palestiniens et 800 000 Juifs après la guerre de 1948 et encore de 300 000 Palestiniens en 1967, ce qui a débouché sur la problématique des réfugiés palestiniens qui sont près de 4 000 000 aujourd'hui. Initialement géré par les Britanniques, qui contrôlaient la Palestine dans le cadre d'un mandat de la SDN, le dossier a été transmis à l'ONU en 1947. Celle-ci a alors voté le Plan de Partage de la Palestine, ce qui a encore amplifié le conflit en le généralisant au monde arabe et de par les conséquences directes de la guerre qui suivit pour la nation palestinienne. Depuis, le conflit a fait l'objet de près d'une centaine de résolutions du Conseil de Sécurité et de l'Assemblée générale ainsi que de plusieurs tentatives de négociations et de conférence de Paix.

 

Posted in Uncategorized | Leave a Comment »

Posted by psppander sur septembre 30, 2009

Jim Jones, la Folie Meurtrière d'un Gourou

Durée

1:42:05

                                      

C’est arrivé le 18 novembre 1978 à Jonestown, une « ville » créée de toutes pièces au coeur de la jungle guyanaise (Etat du Guyana). Ce jour-là, la quasitotalité des adeptes d’une secte américaine se suicident ou sont assassinés sur ordre de leur gourou : Jim Jones. Bilan : 913 morts dont plus de 200 enfants. Une des tragédies les plus meurtrières du monde sectaire. Jim Jones, la folie meurtrière d’un gourou raconte les derniers jours de Jonestown sous la forme d’un documentaire comportant des séquences fictionnées. Nous suivons heure par heure l’enquête du Sénateur Ryan. Mais au-delà de la réalité « officielle », ce film entraîne le téléspectateur dans le quotidien monstrueux de la secte.

  • Jonestown, qui se situait à une dizaine de kilomètres de Port Kaituma, au Guyana, est le nom d'une communauté agraire et sectaire créée par le révérend Jim Jones en 1974.
  • James Warren Jones dit Jim Jones (13 mai 1931 – 18 novembre 1978) était le fondateur du groupe religieux « Le Temple du Peuple ». Jim Jones est à l’origine d’une des dérives religieuses les plus connues de l’histoire moderne et qui a provoqué un traumatisme à l’échelle mondiale. Sa communauté connut une fin tragique le 18 novembre 1978 à Jonestown au Guyana où 914 personnes périrent par ingestion de cyanure de potassium ou assassinat.
  • En novembre 1978, le député Leo Ryan fut envoyé pour mener une enquête dans la communauté à la suite d’accusations d’abus par des proches de membres du Temple du Peuple. Le 15 novembre 1978, il arriva sur les lieux avec des reporters de NBC et du Time et un cameraman. Il passa alors 3 jours à interviewer les résidents. Certains membres de la communauté exprimèrent le souhait de ne plus y rester, ils formèrent ce qui est appelé « le groupe de Ryan ». Le matin du samedi 18 novembre, le groupe de Ryan tenta brutalement de fuir lorsqu’un homme de la communauté agressa Leo Ryan avec un couteau. Le groupe de Ryan se précipita alors vers l’avion avec 15 membres de la communauté qui auraient demandé à les accompagner. Quelques instants après, d’autres membres de la communauté prirent un camion pour rejoindre le lieu du décollage. Ils firent feu sur le groupe qui commençait à prendre place dans l’avion, tuèrent Leo Ryan et 5 autres personnes (le caméraman, le reporter de NBC, un photographe et un des membres de la communauté qui souhaitait partir) avant de repartir au village. Plus tard dans la même journée, 909 habitants de la communauté, dont 276 enfants moururent dans ce qui fut appelé depuis « un suicide collectif ». Quatre autres corps ont été retrouvé (une mère et ses trois enfants) à la maison du Temple du Peuple à Lamaha Gardens à Georgetown. Cependant, une part de mystère a subsisté à ce jour et l’impossibilité de déterminer si les personnes étaient mortes consentantes ou non (certaines ont été abattues par des armes à feu ou des flèches), a conduit certains à parler d’assassinat. Une partie des membres a cependant ingurgité un jus de raisin au cyanure. Selon certaines sources, le suicide collectif aurait même été préparé de longue date au cours de simulations appelées « nuits blanches ». 167 membres de la communauté ont survécu à cet épisode. Il n’existe aucune image de l’évènement, mais le FBI produisit un enregistrement de 45 minutes appelé “death tape” qui rapporterait ce qui s’est passé pendant la tuerie et en particulier le dernier discours de Jim Jones. On l'entend dire « ne soyez pas effrayés de mourir, la mort est votre amie ». Jones fut retrouvé mort assis sur une chaise, une balle dans la tête. Il n’a pas été déterminé s’il a été tué ou s’il s’est suicidé. Une théorie parallèle prétend que la CIA (voir Projet MK-Ultra), avec plus ou moins la complicité de Jim Jones, se serait servie de la communauté de Jonestown pour faire des expérimentations médicales secrètes.

Posted in Uncategorized | Leave a Comment »