documentaire's Blog

Just another WordPress.com weblog

Ougarit une empreinte dans l’histoire de l’humanite

Posted by psppander sur septembre 30, 2009

Ougarit une empreinte dans l'histoire de l'humanite

Dure

52:00

1

staticvideoplayerthumb360x311.gif

2

staticvideoplayerthumb360x311.gif

3

staticvideoplayerthumb360x311.gif

4

staticvideoplayerthumb360x311.gif

5

staticvideoplayerthumb360x311.gif

Nombre de rgions dans le monde ont vu natre et se dvelopper sur leur sol de brillantes civilisations, qui ont enrichi, par leur savoir et leur ingniosit, la Connaissance. Dans cette volution, la Syrie a jou un rle fondamental, notamment l'ge du Bronze. Vers la fin du 4me millnaire avant J.-C, les hommes du pays de Sumer, l'est de l'Euphrate avaient invent l'criture. Mais une criture d'une complexit rare, faite de centaines de symboles cuniformes, rserve une lite. 1500 ans plus tard, d'autres hommes crrent au nord de la Syrie un systme d'une nouveaut absolue : l'Alphabet. Avec une trentaine de signes seulement, crire allait bientt devenir un jeu d'enfant, la porte de tous… La connaissance du plus ancien Alphabet oprationnel remonte au dbut du 20me sicle, suite la dcouverte fortuite en 1928 du site cananen de l'ancienne Ougarit, capitale du royaume ponyme. 78 ans aprs la dcouverte du site, l'ancienne Ougarit n'en finit pas de susciter l'intrt et la fascination des chercheurs. La mission archologique, devenue syro-franaise en 1998, fait aujourd'hui appel une quipe pluridisciplinaire d'une cinquantaine de spcialistes internationaux.

  • Ougaritest une ancienne cit du Levant, l'actuelle Ras Shamra initialement nomme Ras ech-Chamra (la colline du fenouil), prs de Lattaqui dans l'actuelle Syrie. Cette capitale de l'ancien royaume homonyme est situe au croisement et au dbouch d'une route qui joint la Mditerrane au bassin msopotamien, la jonction de l'Empire hittite au nord et de la sphre d'influence gyptienne au sud et dont l'apoge se situe au tournant du IIe millnaire av. J.-C.
  • Forme d'alphabet attest dans la ville d'Ougarit entre le XVe et le dbut du XIIIe sicle av. J.-C. Alors que la plupart des tablettes sont crites en cuniforme syllabique notant la langue akkadienne (langue smitique) ou hittite (langue indo-europenne), quelques-unes le sont dans une nouvelle criture cuniforme, dite alphabet ougaritique, servant noter une langue smitique cananenne (ainsi que des textes hourrites). Cette criture est en fait, historiquement, le premier abjad (alphabet crivant surtout les consonnes) complet connu, aprs les critures sinatiques. Il atteste pour la premire fois de l'ordre des lettres encore utilis de nos jours dans la plupart des alphabets modernes (alphabet latin, alphabet grec, alphabet trusque mais aussi alphabets smitiques comme les alphabets phnicien et hbreu), l'ordre dit levantin: L'existence d'un classement alphabtique nous est connue par plusieurs tablettes abcdaires. Des tablettes plus rares, trouves Beth eme, classent cependant les lettres dans l'ordre sud-arabique. L'abcdaire ougaritique le plus courant donne vingt-sept lettres (suivies de trois additionnelles) dans cet ordre (transcription traditionnelle des langues smitiques): ʾa, b, g, ḫ, d, h, w, z, ḥ, ṭ, y, k, , ̀, l, m, ḏ, n, ṭ, s, ʿ, p, ṣ, q, r, ṯ, ǵ, t, s̀, ʾi, ʾu Note: la lettre transcrite par ṭ l'est par ẓ dans l'article de O'Connor (cf. bibliographie infra). La premire lettre n'est pas la voyelle /a/ mais le coup de glotte (une consonne) suivi de la voyelle /a/, car cet abjad qui n'crivait normalement pas les voyelles ne servait pas noter ce coup de glotte seul: en effet, ʾi et ʾu (coup de glotte suivi de /i/ ou /u/) semblent avoir t ajouts la fin de l'alphabet, donc tardivement. Il est possible qu' l'invention de cet abjad il dsignt le coup de glotte vocalis (quel que soit le timbre de la voyelle) et ne ce soit spcialis que plus tard pour le coup de glotte suivi de /a/ et non pas d'une autre voyelle, d'o l'ajout des deux autres formes dans une priode plus tardive. La prsence de quelques graphmes syllabiques (dont ʾi et ʾu ajouts la suite) est un emprunt au modle akkadien, d'o la prsence d'un s̀, servant transcrire une consonne non smitique de valeur inconnue et vraisemblablement utilise pour les textes crits en hourrite. Noter que le trac de certains caractres varie selon les sources de documentation indiques en bibliographie. Il n'y a en effet pas de modle archtypal rel et les inscriptions peuvent tre de styles trs diffrents. La cit d'Ougarit ayant t dtruite vers 1200 av. J.-C. par les Peuples de la mer, son criture a disparu avec elle. L'alphabet phnicien a cependant pris le relais, avec la descendance que l'on sait (l'alphabet latin in fine). Il est fort possible que le respect de l'ordre levantin dans cet alphabet ait t inspir par celui de l'ougaritique.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

«
»
 
%d blogueurs aiment cette page :